Les hackatons, sources de recrutement

J’ai rencontré Aurélie Wen grâce à Manon Frayssinet (merci Manon :). A l’origine, je cherchais à organiser un hackathon pour #trumontréal. Aurélie est responsable pour l’Amérique du Nord d’Agorize , une entreprise spécialisée dans l’organisation de ce type de concours. Pour diverses raisons, j’ai abandonné pour l’instant le dit projet (mais n’ai pas dit mon dernier mot ;). J’ai eu par contre la chance de faire la connaissance d’Aurélie, une femme complètement allumée par ses projets. 

Aurélie nous a d’ailleurs présenté le concept des hackatons au dernier #trumontréal

Aurelie

Aurélie, peux-tu te présenter ?

En tant que femme, LGBT, française d’origine chinoise, expatriée au Québec depuis peu et entrepreneure dans la tech, on peut dire que je suis presque un cliché de la diversité ;) 

Cela explique pourquoi j’ai toujours mis l’accent sur la diversité lorsque je recrute mes futurs collaborateurs. Je suis peu sensible aux diplômes et aux expériences passées. Ce qui compte le plus à mes yeux, c’est la motivation de l’individu et sa capacité à apprendre rapidement. Je ne crois pas aux équipes de clones. 

À part cela, j’adore les films d’horreur et les voyages au bout du monde !

Agorize existe déjà en Europe. Peux-tu nous présenter le concept ?

Les entreprises, et particulièrement les grands groupes, rencontrent des difficultés à s’adapter rapidement aux besoins de leurs consommateurs qui sont en constante évolution. Certaines marques perdent des parts de marché au profit d’acteurs plus agiles, tels que les startups. 

Nous nous sommes donné pour mission d’aider ces entreprises à accélérer leur changement à travers 3 leviers : attirer et recruter les bons talents, innover de manière ouverte et promouvoir sa marque de manière collaborative. Pour cela, nous organisons des hackathons* pour leur compte, à travers une plateforme en ligne.

*Le mot hackathon est la contraction du terme « hack » – trouver une solution astucieuse à un problème – et « marathon ». À l’origine, les hackathons sont des compétitions de 48h, pendant lesquelles des programmeurs doivent coder une application le plus rapidement possible. Facebook a popularisé le hackathon dans les années 2000, notamment en inventant la fonction « j’aime » lors d’un de ses hackathons internes. Aujourd’hui, le hackathon désigne plus largement un défi d’innovation mêlant tous types de profils (étudiants, codeurs, professionnels, entrepreneurs, curieux, etc.).

Concrètement, comment ça fonctionne ?

On travaille avec la marque pour définir ses cibles, la problématique à résoudre, le calendrier, les récompenses, les modalités, mais surtout les objectifs du hackathon. Dans 50% des cas, ces objectifs sont liés au recrutement de talents et à la marque employeur. 

Déroulement hackathon Agorize

Une fois qu’on a dessiné les contours du projet, on va mettre sur pied une plateforme aux couleurs de la marque, expliquant le hackathon aux participants potentiels. 

En parallèle, on établit un plan de communication pour promouvoir l’opération auprès des bonnes personnes. Une fois le hackathon lancé, on dispose de 4 à 8 semaines pour attirer et recruter un maximum de participants. On communique en moyenne auprès de 300 000 étudiants et développeurs à chaque hackathon, ce qui offre une belle visibilité à la marque. L’autre avantage, c’est qu’on a une communauté de 4 millions d’innovateurs dans 145 pays qui sont prêts à relever ce genre de défis ! 

Pendant cette première phase du hackathon, les participants s’inscrivent sur la plateforme, qui les aide à trouver des coéquipiers. On est un peu le Tinder de l’innovation ouverte ;) 

Une fois les équipes formées, elles vont collaborer sur la plateforme pour produire un premier livrable qui va présenter succintement en quoi consiste leur solution. Pas besoin d’être dans la même pièce. La magie d’Agorize, c’est qu’il suffit d’avoir une connexion internet pour participer à un hackathon lancé par n’impore quelle marque, quel que soit l’endroit où l’on vit !

Puis le client découvre les projets, les évalue en ligne et va déterminer quels sont les projets demi-finalistes. Pour ces projets les plus prometteurs, le client va mobiliser des mentors qui vont aider les équipes à aller plus loin dans leur solution. L’occasion pour les participants de confronter leur projet à des pros, et pour les mentors de faire connaissance avec des talents externes et inspirants – et pourquoi pas envisager de les recruter.

Enfin, après un second vote, une dizaine d’équipes sont retenues pour aller en finale. Contrairement aux deux étapes précédentes, la finale se déroule en présentiel, le plus souvent dans les locaux du client. Les finalistes vont pitcher leur idée devant un jury et ce dernier va élir les grands gagnants du hackathon et leur remettre leurs récompenses. 

Cette finale, c’est aussi l’occasion pour les participants, mentors et client de se rencontrer « en vrai », de réseauter et trinquer en dégustant des bouchées. Dans 70% des cas, nos hackathons débouchent sur 5 à 15 recrutements, même si ce n’était pas l’objectif initial. 

Pourrais-tu nous donner un exemple concret d’un hackathon que vous auriez organisé en Europe et qui aurait un été un franc succès à des fins de recrutement ?

Défi Bouygues Construction Agorize Studyka

Bouygues Construction (le SNC-Lavalin français) rencontrait des difficultés à recruter des milléniaux. Le groupe souhaitait vraiment diversifier ses nouvelles recrues. Nous avons donc organisé un défi d’innovation visant des finissants de tous cursus confondus, dans toute l’Europe. Les étudiants avaient pour mission de proposer une offre de quartier permettant de faire cohabiter humain et nouvelles technologies. Après 3 mois de compétition ayant attiré 530 étudiants de 15 pays, une finale sur 2 jours réunissant les 75 finalistes, et des entretiens informels entre employés du groupe et étudiants, Bouygues a finalement recruté 12 jeunes talents à fort potentiel. 3 ans plus tard, 10 des 12 recrues sont toujours dans le groupe et occupent des postes à responsabilité en France, Grande Bretagne, Canada et Trinité et Tobago.

Quelles sont les compétences qui ressortent le plus des candidats dans un hackathon ?

Les compétences en marketing, gestion, communication et anglais arrivent largement en tête. Le travail en équipe, leadership, numérique, créativité, résolution de problème, finance et coordination de projet sont également bien représentés. Enfin, les compétences en design, mathématiques, UX (user experience), UI (user interface) et programmation, même si elles sont statistiquement moins représentées car plus rares, restent omniprésentes dans tous nos hackathons. 

finale défi innovation bouygues studyka agorize

On parle de plus en plus de la gamification en recrutement. Pourrait-on avoir ton avis là- dessus ?  Quels en sont les principaux avantages ?

Je suis une grande fan de jeux sous toutes leurs formes, et de leur application au recrutement. Jouer 1 heure avec une personne est bien plus efficace que de discuter 10 heures avec elle, si on veut connaître sa vraie personnalité. 

Le jeu a pour avantages de rendre les candidats actifs dans le processus de recrutement, et aide à révéler leur faculté à collaborer, s’adapter, être créatif… ou non. Faire jouer les candidats, c’est aussi voir comment ils réagissent face à la compétition, au stress et à l’échec, tout en rendant l’entretien plus agréable, car le jeu introduit une dimension de plaisir et de récompense. Enfin, le recrutement gamifié peut s’appliquer à n’importe quel profil, industrie, poste et génération, tout en étant super simple à déployer. 

Et peut-être une dernière question sur l’évolution de ce type de recrutement ?

Le recrutement innovant, mobile et gamifié a de très beaux jours devant lui. Ce n’est pas une tendance éphémère, bien au contraire. Au même titre que l’expérience client, l’expérience candidat doit devenir une priorité pour les entreprises. 

Je ne connais personne qui aime passer 20 minutes à s’inscrire sur une énième plateforme de recrutement, passer 3 à 9 entretiens pour le même poste, puis attendre 2 mois qu’on lui réponde qu’il n’a finalement pas été retenu ! On n’attire plus les talents avec une fiche de poste de 3 pages listant des compétences à l’infini, même quand on est une grande marque bien établie. 

Ce que recherchent les milléniaux, ce sont des projets passionnants dans lesquels s’investir. Ils veulent vivre une expérience dans une structure qui leur permettra d’apprendre et d’évoluer auprès de personnes qui prennent sincèrement en compte leur avis. Et pour les attirer, tout commence par un processus d’embauche innovant ! 

Une réflexion sur “Les hackatons, sources de recrutement

  1. Pingback: Veille RH : semaine du 13 au 17 novembre - Revolution-RH

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s